Eldorad-Oc

Eldorad-Oc

Balades


Balade le long du canal du Midi

 IMG_7182.jpg

En cliquant sur les photos vous pouvez les faire apparaitre en grand 

 

Aujourd’hui, nous allons faire quelques étapes le long du canal de Midi, géniale œuvre de Pierre Paul Riquet, baron de Bonrepos (1609 – 1680), titre qui fait sourire quand on sait qu’il s’est quasiment tué à la réalisation de ce chantier pharaonique, dont il ne verra pas la fin. Il a réussi à persuader Colbert de l’intérêt du projet, réputé infaisable, en faisant valoir qu’il enrichirait le Languedoc, région qui connaissait des troubles et qu’il éviterait aux galères du roi le contournement de Gibraltar, lieu infesté  de pirates barbaresques de la Méditerranée. Bien qu’ancien fermier général chargé de prélever la gabelle, profession qui n’incline pas à l’empathie sociale, Pierre Paul Riquet sera le premier entrepreneur à instituer la mensualisation des salaires et la sécurité sociale pour ses ouvriers (même malades ou s'il pleuvait, ils étaient payés en partie avec sa propre fortune) afin de les fidéliser.

 

 

IMG_7181.jpg

 

Long de 241 km et reliant Marseillan dans l’Hérault à Toulouse, cet ouvrage exceptionnel culmine à 190 mètres au seuil de Naurouze (ligne de partage des eaux) pour descendre au niveau de la mer à Marseillan, ce qui a impliqué la construction de très nombreuses écluses. Halées par des chevaux (qui peuvent tirer jusqu’à 120 fois leur poids quand la charge est sur l’eau) les barges mettaient trois à quatre jours pour aller de Toulouse à Marseillan.  Jusqu’au milieu du XIXème siècle le canal a favorisé le développement du Languedoc puis a périclité avec le développement du chemin de fer. Classé aujourd’hui au patrimoine mondial de l’UNESCO, il est exclusivement parcouru par les bateaux des nombreux touristes qui passent quelques jours de farniente au fil de l’eau. L’une des écluses les plus originales est celle de l’Aiguille près de Puichéric, notre première étape et dont l’éclusier est un véritable artiste.

 

 

IMG_7183.jpg

 

Au premier abord, cette écluse ressemble aux 64 autres qui émaillent le canal (mis à part les magnifiques écluses multiples de Fonséranes près de béziers). Mais une fois en haut des marches un éclusier un peu particulier vous accueille.

 

IMG_7186.jpg

 

Il vit ici en compagnie d’une « faune »  aussi étrange qu’inoffensive.

 

IMG_7187.jpg

 

Cette jolie cycliste nous donne envie d’aller faire un tour en sa compagnie à bicyclette.

 

IMG_7194.jpg

 

Tous ces personnages, faits à partir d’anciens outils et ustensiles, témoignent d’une extraordinaire créativité.

 

 

IMG_7197.jpg

 

Ils ont parfois un aspect utilitaire qui ajoute à leur charme.

 

IMG_7200.jpg

 

Ce « louphoque » illustre bien la loufoquerie qui empreint  les oeuvres de cet artiste méconnu.

 

 

IMG_7202.jpg

 

Et tout est à vendre, comme cette sirène qui n’apprécie pas l’eau du canal mais se plairait peut être dans votre baignoire !

 

IMG_7203.jpg

 

Cette charmante meneuse de revue ne manque pas de séduction !

 

IMG_7211.jpg

 

Et certains personnages trouvent le paradis sous un coin de parapluie.

 

 

IMG_7213.jpg

 

Mais ce caïman qui s’approche un peu trop de nos basques nous incite à quitter les lieux.

 

 

IMG_7217.jpg

 

Nous rejoignons le site où a été édifié l’épanchoir de la rivière Argent Double que le canal du Midi traverse sur un pont canal.

 

 

IMG_7220.jpg

 

Ce magnifique ouvrage permet d’évacuer les eaux de la rivière lorsqu’à l’occasion des crues elle submerge le pont canal.

 

 IMG_7224.jpg

 

Le canal du Midi est un antidote au monde stressé d’aujourd’hui, un éloge de la lenteur. Ceux qui y naviguent ont le temps d’admirer le paysage des berges et de saluer, voire même de discuter, avec les piétons qui déambulent sur ses rives.

 

 

IMG_7283.jpg

 

Les canetons peuvent y apprendre en toute quiétude à naviguer sous la surveillance de leur mère.

 

 

IMG_7303.jpg

 

Nous voici maintenant au Sommail, sans doute l’une des étapes les plus pittoresques du canal avec son remarquable Pont Neuf construit en 1773.

 

 

IMG_7298.jpg

 

Je ne suis pas sûr d’avoir envie de manger les poissons que prendraient ces pêcheurs mais je ne suis pas non plus très sûr qu’ils soient venus pour en prendre. De fait la pêche est surtout une très agréable manière de passer le temps…

 

IMG_7296.jpg

 

Au Sommail on trouve ce qui est sans doute la seule épicerie flottante de France et de Navarre

 

IMG_7293.jpg

 

Et surtout un véritable temple du livre ancien où plus de 50.000 livres sont offerts à la vente.

 

IMG_7307.jpg

 

Nous voici maintenant au pont canal qui franchit la Cesse. Ce qui est remarquable c’est qu’après plus de 300ans il n’y ait pas une fuite !

 

IMG_7322.jpg

 

Nous concluons notre périple par la belle et tranquille étape de Sallèles d’Aude dont les palmiers confirment que le canal du Midi n’a pas usurpé sa dénomination.

 

DSC04204.jpg

 

Mais vous n’êtes pas sans savoir que les platanes qui ornaient les rives du canal du Midi et contribuaient largement à la beauté du site ont dû être coupés car ils étaient condamnés par un minuscule champignon, le chancre coloré, et remplacés par de nouvelles essences résistantes. Il faudra hélas près d’un siècle pour que le canal présente de nouveau cet aspect enchanteur ! (photo prise il y a neuf ans). Mais même sans ses platanes, le canal du Midi, du fait des nombreux ouvrages d’art dont il est orné, mérite vraiment une visite !

 

 

*****       

 

Si vous aimez ce blog, je vous invite à aller aussi sur mon blog musical    

 

 Canta-la-Vida   

 

 où ma dernière chanson postée est "Le temps d'un thé...."

 

P3120119.jpg 

 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)    

 

 Texte & Photos Ulysse

 


19/04/2019
22 Poster un commentaire

Balade bucolique et poétique autour du Pouget

IMG_6559.jpg

 

Pour me dépayser, je n’ai pas besoin d’aller bien loin de chez moi. En quelques tours de roue, je me retrouve dans une région de collines et de vignes qui fait penser à la Toscane. Pour la découvrir, nous partons « pedibus jambis » du Pouget, antique village perché sur une colline – l’un des plus vieux du Languedoc - dont le patrimoine immobilier témoigne de la richesse passée.

 

 arton53-d3405.jpg

 

Comme de nombreux villages de la région, Pouget a un animal totem  « Lou Boumian » apparenté à un lion et dont la légende comporte deux versions. La première raconte qu’à l’époque médiévale les pougétois furent longtemps insoumis à leur seigneur, ce qui leur valut le surnom de « bohémiens » qui se dit « boumian » en occitan. L’autre version raconte que la fontaine du village du XVIIe siècle crachait ses eaux par la gueule d’un lion nommé « le griffoul ». Chaque année, le jour du carnaval, les habitants enferment l’âme du griffoul dans un costume  à tête de lion – lou boumian -  porté par des hommes qui défilent dans les rues de la ville. Cette célébration commémore symboliquement la fin de l’hiver (Photo et source Site de la mairie du Pouget).

 

IMG_6497.jpg

 

Pouget est situé à environ cent mètres d’altitude sur une colline constituée des sédiments calcaires abandonnés par l’ancêtre de la Méditerranée. Les hommes ont pu ainsi y tailler les myriades de pierres nécessaires à la construction des magnifiques murs qui  bordent et soutiennent les multiples terrasses qu’ils ont excavées sur les flancs de la colline. Ces terrasses, autrefois cultivées, sont aujourd’hui  envahies par les chênes verts et les genêts.

 

IMG_6506.jpg

 

La maitrise de la taille et de l’appareillement des pierres dont sont faits les murs est très ancienne car l’on trouve dans le secteur l’un des plus beaux mégalithes languedociens : le dolmen de Gallardet, site funéraire ayant plus de cinq mille ans. Le tumulus qui entoure le dolmen est quasiment intact et permet de comprendre comment les énormes dalles qui le recouvrent ont pu être posées : en étant roulées sur des rondins de bois tirées par des groupes d’hommes.

 

IMG_6508.jpg

 

A l’intérieur l’appareillement des pierres impressionne par sa régularité.  Ce soin apporté à la construction témoigne du respect des hommes de l’époque pour leurs morts et sans doute d’une croyance dans leur survie dans l’au delà.

 

IMG_6509.jpg

 

Mais, à vrai dire, on sait peu de choses sur cette civilisation mégalithique qui n’a laissé hélas aucun écrit mais qui fascine par la hardiesse de ses monuments.

 

IMG_6555.jpg

 

Les arbres aussi sont fascinants qui révèlent d’extraordinaires capacités d’adaptation à leur environnement, comme ce chêne vert dont les racines ont pris appui sur le flanc d’un promontoire rocheux pour ne pas tomber.

 

IMG_6514.jpg

 

Outre le fait d’avoir plus de mégalithes que la Bretagne, le Languedoc est aussi le royaume des orchidées qui aiment les zones calcaires. Celle ci est en avance car nous ne sommes qu’à la fin de février, alors qu’habituellement elles fleurissent un bon mois plus tard, effet parmi d’autres du réchauffement climatique en cours.

 

 

IMG_6516.jpg

 

Je vous présente aussi ce pied de fragon (ou faux houx) dont on dit que c’est la plante du marcheur en vertu de ses nombreuses vertus médicinales. Ses racines sont utilisées dans le traitement de l’arthrite, des rhumatismes, des varices,  des thrombo-phlébites, des engelures ou pour traiter la mauvaise circulation et la formation de caillots sanguins dans les jambes. Mais, attention, par contre les baies sont toxiques !

 

 IMG_6523.jpg

 

Autre petite merveille de la nature, cette parfaite spirale de la coquille du Zonite  d’Algérie, que l’on appelle aussi   « mange-merde » car il se délecte des déjections des autres animaux. Evitez donc de le ramasser si vous êtes amateur de cargolades !

 

 

IMG_6546.jpg

 

Voici que nous croisons un « gendarme » mais qui n’a aucune intention de nous verbaliser, trop occupé qu’il est à butiner une fleur de mauve royale, appelée également  lavatère arborescente. Cette fleur possède des vertus médicinales expectorantes et laxatives. Quand on connaît les plantes, la nature est une grande pharmacie !

 

 

IMG_6519.jpg

 

Levons les yeux vers l’horizon pour y découvrir ces vignes à perte de vue, formidables armées de ceps dont les nectars réjouissent le gosier et le coeur des hommes, quand ils les boivent, bien sûr, avec leur amie Modération !

 

 

IMG_6529.jpg

 

Il a fallu des siècles aux hommes pour façonner ce magnifique paysage où la présence, ici et là, d’un olivier, d’un cyprès, d’un mazet et de bosquets d’arbres révèle l’âme artistique et l’harmonie de cette civilisation méditerranéenne. Le cyprès que l’on aperçoit au loin au bord de la route m’a inspiré ce poème :

 

Un ardent cyprès,

Enfant de Babel,

Grimpe vers le ciel,

Si loin et si près.

 

Une antique route,

Traverse les vignes,

Et me fait un signe,

Qui apaise mes doutes.

 

Mon âme et mon coeur,

Assagis par l'âge,

Rêvent d'un voyage,

Sans but et sans heure !

 

 

IMG_6538.jpg

 

Cette beauté est, à cette saison, rehaussée par la floraison des amandiers qui bordent les chemins. Ils n’ont été généralement plantés que pour leur aspect esthétique car leurs amandes sont le plus souvent amères. Il est réconfortant de constater qu’Homo sapiens n’est pas toujours guidé par l’appât du gain ! Ce qui m'inspire un autre poème sur les amandiers :

 

Bel amandier,

Arbre espiègle,

Qui nous  piège,

Avec ses fruits tantôt sucrés,

Tantôt plein d'amertume,

Comme les agrumes,

Ou nos amours,

Certains jours !

 

 

IMG_6534.jpg

 

Dans cet arbre, la nature affiche sa prodigalité et sa munificence pour perpétuer la vie, chaque fleur étant un maillon de cette chaine vitale née il y a trois milliards d’années au coeur des océans.

 

IMG_6535.jpg

 

Heureux je suis de pouvoir fêter la fin de l’hiver en cheminant ainsi  au sein d’une telle nature, puis, de retour chez moi, de finir la journée en dégustant un verre du nectar qui en est issu. Boire du bon vin c’est déguster le vent, la terre, le soleil d’un pays !

 

Et pour finir, célébrons avec un dernier poème ce délicieux moment :

 

Par la magie subtile,

De la chlorophylle,

Le sang de la terre,

Coule dans nos verres,

Avec des arômes d'agrume,

De cerise ou de prune,

Et une robe dorée,

Rubis ou ambrée.

Levons alors nos verres,

Et mettons leur le cul en l'air,

Pour que s'ouvrent chers amis,

Les portes du paradis !

  

 

PS : Vous pouvez télécharger le circuit intitulé "Circuit du dolmen et du fossé des yeux " sur le site de la mairie du Pouget en cliquant ICI

 

 

*****    

Si vous aimez ce blog, je vous invite à aller aussi sur mon blog musical   

  Canta-la-Vida  

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)  

  

 Comme ce vendredi c'est la marche des étudiants pour lutter contre le réchauffement climatique je poste la chanson sur ce thème que je chante avec ma petite fille Emilie "Gaïa a le blues"

 

 IMG_6168.jpg

 

   

 Texte, poèmes & Photos (sauf "le boumian" mairie du Pouget) Ulysse

 

 


15/03/2019
23 Poster un commentaire

Balade au bord de l’étang de l’Aute

  IMG_6184.jpg

 

Après vous avoir emmenés, les semaines passées, crapahuter dans la poudreuse du Queyras, je vous convie à une balade plus reposante et dans une ambiance plus clémente au bord de l’étang de l’Aute, petite enclave de l’immense étang de Bages et Sigean, situé au sud de Narbonne. Nous sommes à la fin de février et il fait un temps de mois d’avril, les lauriers tains étant déjà en fleurs.

 

 

sigean2 123.jpg

 

Ces étangs d’eau salée, qui communiquent avec la mer, sont d’une grande richesse halieutique et loups et dorades y abondent encore (mais pour combien de temps ?) ainsi qu’autrefois les anguilles, avant que la surpêche ne les mène au bord de l’extinction. Nulle part l’homme n’est raisonnable et ne sait intelligemment gérer les dons de Gaïa, notre mère nourricière !

 

 

sigean2 135.jpg

 

C’est aussi le royaume de la sansouire, couvert végétal constitué de plantes halophiles (qui supportent le sel) parmi lesquelles figurent les salicornes que l’on peut consommer en salade et qui étaient autrefois utilisées pour produire la soude nécessaire à la fabrication du savon et du verre.

 

 

sigean2 099.jpg

 

Au cours de l’hiver, la sansouire prend une teinte rougeâtre qui illumine les rives des étangs. Outre leur kaléidoscope de couleurs, ces paysages de terre et d’eau sont fascinants car le monde s'y dédouble.

 

 

IMG_6208.jpg

 

Pour naviguer sur ces étangs aux eaux généralement peu agitées (sauf si la Tramontane se déchaine) et peu profondes, de simples barques suffisent mais dans lesquelles il vaut mieux ne pas trop chahuter !

 

 

IMG_6225.jpg

 

La Tramontane, que je viens d’évoquer,  peut être effectivement tempétueuse comme le montre ce bateau qui a été arraché de son arrimage et est venu s’échouer à une vingtaine de mètres sur une bande de terre.

 

NB : Je salue au passage le propriétaire du bateau que nous avons croisé et qui était en train de réparer son arrimage .

 

 

sigean2 048.jpg

 

Des filets attachés à de simples gaules et apparemment oubliés par des pêcheurs semblent, par la magie des reflets,  plantés dans le ciel .

 

 

DSC01958.jpg

 

On voit aussi dans ces étangs des pêcheurs d’un autre genre, les flamants roses qui, lorsqu’ils ne dorment pas, passent leur temps à fouiller la vase à la recherche de crevettes, mollusques et algues qui font leur ordinaire. Leur couleur rose leur vient du carotène que contiennent ces algues. Chez les humains, les ados ont un comportement similaire  partageant leur temps entre le canapé et le frigidaire !

 

 

DSC01962.jpg

 

Ces oiseaux sont très farouches et s’envolent dès qu’un humain s’approche d’eux, avertis, comme tout autre animal, de notre réputation de prédateur impitoyable.

 

 

DSC01964.jpg

 

Heureusement pour eux que l’homme n’en a pas fait un gibier (le flamant rose  doit avoir un goût de poisson qui le rend immangeable, je suppose !) car leur envol est plutôt laborieux et ils ne pourraient échapper aux tirs des éventuels Nemrods.

 

 

DSC01993.jpg

 

Mais une fois que ces oiseaux ont réussi à décoller, leur allure devient  aérodynamique et leur vol met en valeur le magnifique plumage rouge et noir de leurs ailes.

 

 

sigean2 054.jpg

 

Nous faisons une halte pique-nique au minuscule port Mahon où les bateaux semblent posés sur un miroir, aucune ridule ne venant troubler l’eau de l’étang.

 

 

IMG_6198.jpg

 

Au loin, vers la mer, un train passe sur la ligne de chemin de fer qui relie Perpignan à Montpellier, posée au ras des flots. Dans trente ans, si la Méditerranée monte de 50cm comme il est prévu, il faudra prévoir des trains amphibies !

 

 

sigean2 063.jpg

 

Le monde semble s’être complètement figé, les nuages eux même étant à l’arrêt comme saisis par un sortilège.

 

 

sigean2 066.jpg

 

Un pêcheur tente sa chance mais vu la limpidité des eaux il serait fort étonnant qu’un poisson se laisse attraper. Il en a probablement conscience et ce n’est sans doute qu’un prétexte pour venir, comme nous le faisons, se ressourcer dans cet univers empli de sérénité.

 

*****   

 

Si vous aimez ce blog, je vous invite à aller aussi sur mon blog musical  

 

  Canta-la-Vida 

 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)  

 

 

  Mon dernier CD vient d'être publié sur les plateformes musicales dont

  

DEEZER  

 

 (cliquez sur le nom)     

 

  

 

DSCN1308.jpg

 

 

 

   

 Texte & Photos Ulysse

  


08/03/2019
33 Poster un commentaire

Virée dans le Gaillacois : 2 - Le festival des lanternes à Gaillac

 

 

IMG_5814.jpg

 

Je vous invite cette semaine à découvrir un spectacle unique en Europe : le festival des lanternes à Gaillac, spectaculaire illustration de la culture chinoise. On y voit d’innombrables lanternes de soie monumentales, cousues, peintes et collées sur des arceaux de métal représentant des personnages, des animaux et des temples et qui sont installées dans le vaste parc Foucauld qui surplombe le Tarn. En Chine la fête des lanternes célèbre la première pleine lune de l’année. Selon la légende, un dieu, pour punir les hommes de leur mauvaise conduite, envoya un dragon pour bruler la Terre. Un paysan eut alors l’idée d’allumer des lanternes pour lui faire croire qu’elle était déjà en feu. A l’occasion de cette fête les familles décorent la devanture de leur maison de lanternes et dégustent des boulettes de riz qui représentent la lune. A la nuit tombante tout le monde défile dans les rues en arborant les lanternes au bout de longs bambous. Gaillac étant jumelée avec Zigong (Sichuan), où le premier festival des lanternes est né, ses élus ont pris l’initiative d’inviter ce festival dans leur ville. 

 

IMG_5825.jpg

 

Un dignitaire de la dynastie Tang nous accueille. Au cours de cette dynastie (7ème siècle après J.C.) la Chine a connu son âge d’or, son rayonnement et son influence se sont étendus du Japon à la Perse et de la Mongolie à l'Inde. La nouvelle capitale, Chang'an, cité prospère et cosmopolite est devenue alors la plus grande ville du monde. L’ensemble des lanternes représentant des personnages et des temples illustrent cette période. Je vous les laisse découvrir, les ombres des visiteurs vous donnant une idée de l’ampleur monumentale de certaines lanternes….

 

 

IMG_5865.jpg

 

 

IMG_5866.jpg

 

 IMG_5850.jpg

 

 

 

IMG_5855.jpg

 

IMG_5861.jpg

 

IMG_5840.jpg

 

IMG_5881.jpg

 

 

IMG_5880.jpg

 

 

IMG_5877.jpg

 

 

IMG_5879.jpg

 

IMG_5934.jpg

 

IMG_5938.jpg

 

IMG_5938 - Version 2.jpg

 

A noter que ces éléphants, à la différence des lanternes, sont constitués de tasses à café en porcelaine collées les unes sur les autres. La tour au centre est également recouverte d’assiettes en porcelaine…de Chine bien évidemment !

 

 

IMG_5862.jpg

 

 

IMG_5948.jpg

 

 

IMG_5968.jpg

 

Une caravane sur les routes de la soie…..

 

IMG_5959.jpg

 

 IMG_5974.jpg

 

 

IMG_5905.jpg

 

 On découvre aussi de nombreuses lanternes animalières....

 

IMG_5933.jpg

  Dont certaines représentent l'animal fétiche de la Chine : le panda !

 

 

IMG_5898.jpg

 

IMG_6013.jpg

 

 

IMG_5914.jpg

 

Un hommage au symbole de la ville de Gaillac : le coq !

 

 

IMG_5981.jpg

 

Ainsi qu’à son vignoble

 

IMG_5888.jpg

 

Et maintenant place aux dragons de cent mètres de long envoyés par le dieu pour brûler la Terre !

 

IMG_5893.jpg

 

IMG_5969.jpg

 

IMG_6009.jpg

 

IMG_5954.jpg

 

IMG_5930.jpg

 

IMG_5916.jpg

 

Ce spectacle qui a déjà reçu plus de 270 0000 spectateurs se termine le 6 février mais il devrait être repris l’an prochain (de décembre à février). Il est conseillé de réserver au moins deux jours à l’avance pour bénéficier d’un tarif préférentiel (16 euros au lieu de 20 tarif adulte) (www.festivaldeslanternes-gaillac.fr) et de séjourner à Gaillac le soir même ( une bonne adresse bien située  : chambre d’hôte les Combettes Mme Pinon 8 place St Michel Gaillac 05  63 57 61 48 ) Le bon plan est d’aller au spectacle à l’ouverture (18heures mais prévoir de faire la queue une demi heure avant) pour pouvoir déambuler sans trop de foule et d’aller ensuite diner vers 8heures 30 à la Table du Sommelier (34 place du Griffoul 05 63 81 20 10 ) en réservant à l’avance.

 

 A la fin de la semaine nous partirons pour un périple en raquettes dans le Queyras.....

 

***** 

 

Si vous aimez ce blog, je vous invite à aller aussi sur mon blog musical

 

  Canta-la-Vida  

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)  

 

Mon dernier CD vient d'être publié sur les plateformes musicales dont

 

DEEZER

 (cliquez sur le nom) 

  

 

DSCN1308.jpg

 

  

 

Texte & Photos Ulysse

 

 


04/02/2019
35 Poster un commentaire

Virée dans le Gaillacois ! (1ère partie)

 

 

IMG_6113.jpg

On dit que les voyages forment la jeunesse mais ils permettent surtout de la conserver en stimulant à la fois la tête et les jambes, sans oublier les mandibules et le gosier dans leur aspect gastronomique. C’est pourquoi avec mes amis, nous partons  régulièrement en virée à travers la Gaule si belle et diverse, malgré les outrages que lui infligent certains de ses habitants (Je pense, en particulier, aux décharges sauvages et aux murs en parpaings bruts des village de mon département l’Hérault ). Nous voilà donc en route pour le Gaillacois, avec un objectif inattendu que je vous révèlerai dans la seconde partie,  et nous faisons une première étape à Mazamet nichée au pied de la Montagne Noire, au cœur du Parc Régional du Haut Languedoc.

 

Cette ville, après un riche passé textile, devint au XIXème siècle le centre mondial du traitement des peaux de moutons, en créant une industrie novatrice : le délainage, très vite associée à la mégisserie. Aujourd’hui, c’est un pôle économique actif axé sur la recherche et le développement du secteur privé. Témoin de ce dynamisme, l’inauguration en septembre 2018 d’une passerelle de 140 mètres de long qui traverse les gorges de l'Arnette à 70 mètres de haut et mène au village perché de Hautpoul qui a conservé un caractère médiéval.

 

IMG_6120.jpg

 

Pour y accéder, il faut d’abord se soumettre à une rude grimpette dans un superbe environnement forestier. Mais l’on est mille et une fois récompensé de ses efforts par la vue vertigineuse qu’elle procure (même par temps de brouillard) et la montée d’adrénaline que fait naître le léger balancement de la passerelle quand on la franchit .

 

 

IMG_6125.jpg

Après cette exaltante expérience rien de tel qu’un frésinat, ragoût du pays composé de viande de porc (collier), ail, persil, oignons et pommes de terre, dégusté dans l’excellent et magnifique restaurant le Grand Balcon situé au cœur de Mazamet.

 

 

IMG_5782.jpg

 

Puis nous faisons une halte à Castres, ville natale de Pierre Fabre (laboratoires pharmaceutiques) de Pierre Fermat (le grand mathématicien) et de Jean Jaurès et belle étape sur le chemin de St Jacques de Compostelle. L’un des sites les plus pittoresques de la ville est sans conteste l’alignement des maisons aux façades colorées au dessus de l’Agout.  Un arrêt s’impose également au chaleureux resto des halles situé à l’étage d’un élégant bâtiment inspiré des  anciennes halles de Baltard.  

 

 

IMG_5802.jpg

Nous arrivons à Gaillac qui s’étale sur la rive droite du nonchalant Tarn. Un grand nombre d’édifices de cette ville sont, à l’instar de sa prestigieuse voisine Albi, construits en briques, matériau très esthétique qui engendre de superbes variations chromatiques selon la lumière et les saisons. Son utilisation résulte de l’épuisement au XIIème siècle des carrières de pierres à proximité, au coût du transport pour les gisements plus éloignés et aux troubles liés à la guerre de Cent Ans.  

 

 

IMG_5803.jpg

L’imposante abbaye bénédictine St Michel édifiée au XVIème siècle avec ce noble matériau n’a pas pris une ride. Elle se dresse pimpante au dessus du Tarn et abrite en son sein une chaire et un chœur ornés de superbes sculptures ainsi qu’un grand orgue de Cavaillé-Coll, l’un des grands facteurs d’orgues du XIXème siècle.

 

 

IMG_5807.jpg

 

La porte de l’hôtel D’Yversen datant du XVIème siècle est un joyau certes  plus modeste mais qui mérite que l’on y jette un coup d’œil.

 

 

IMG_6024.jpg

 

Nous voilà partis sur les routes du gaillacois avec comme premier objectif le village perché de Puycelsi qui résista, et c’est un exploit, au siège de l’infâme Simon de Montfort.

 

 

IMG_6042.jpg

 

Ce pittoresque village (j'évite les autres) domine la riante vallée de la Vère où les hommes ont eu l’intelligence de laisser une place aux arbres, précieux alliés pour lutter contre l’érosion et préserver la biodiversité.

 

 

IMG_6032.jpg

 

Son habitat est constitué de maisons à colombages superbement préservées ou restaurées.

 

 

IMG_6040.jpg

 

En ce lieu qui fut un fief des cathares, l’église catholique a voulu affirmer son autorité en érigeant une église dont le clocher atteint 45 mètres !

 

 

IMG_6055.jpg

 

Tout aussi pittoresque et haut perché est le village voisin de Castelnau de Montmirail avec sa magnifique place aux Arcades où je vous recommande le restaurant du même nom. C’est l’occasion de goûter aux excellents vins du Gaillacois, l’un des plus vieux vignobles de France avec des cépages spécifiques : loin de l’œil, Braucol, Duras, Prunelart, Mauzac qui confèrent aux vins de cette région une grande typicité.

 

 

IMG_6063.jpg

 

Le nom de ce village (mont où l’on mire) vient des vues somptueuses qu’il offre sur les environs.

 

 

IMG_6081.jpg

 

Nous redescendons dans la plaine pour aller visiter Lisle sur Tarn qui fut un port très actif pour le commerce du vin et du pastel, hélas détrôné au XVIIIème siècle par l’indigo venu d’Inde, mais qui connaît aujourd’hui un renouveau. L’imposante église Notre Dame de la Jonquière témoigne de sa richesse passée.

 

 

IMG_6082.jpg

 

De même que sa grande place bordée de beaux immeubles avec des arcades.

 

 

IMG_6107.jpg

 

Nous achevons la première partie de notre périple par la visite de la majestueuse église de Notre dame du Bourg à Rabastens édifiée aux XIIIème et XIVème siècle et classée aujourd’hui au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

 

IMG_6091.jpg

 

Les murs intérieurs et la voute  de l’église sont entièrement recouverts de somptueuses décorations et fresques murales.

 

 

IMG_6093.jpg

 

 

IMG_6094.jpg

 

 

 

IMG_6102.jpg

 

 

 

IMG_6099.jpg

 

Cette dernière fresque fait sourire. Elle représente un ange pesant une âme manifestement destinée au paradis mais qu’un diablotin essaie d’entrainer vers l’enfer. A voir la mine réjouie du diable et celle renfrognée de l’ange, je me demande si le paradis des chrétiens est si désirable que cela. Je crains que l’on ne s’y ennuie comme un rat mort ! Alors profitons de la vie et n’ayons crainte de vivre dans le péché tant que l’on ne nuit pas à autrui !

 

Rendez vous au prochain article pour assister à un spectacle féérique :

le festival des Lanternes  de Gaillac !

 

Je pars faire de la raquette dans le Queyras une dizaine de jours et répondrai à vos commentaires à mon retour

 

*****

 

Si vous aimez ce blog, je vous invite à aller aussi sur mon blog musical   

 

  Canta-la-Vida  

 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog) 

 

Mon dernier CD vient d'être publié sur les plateformes musicales dont

 

DEEZER

(cliquez sur le nom) 

 

DSCN1308.jpg

 

 

Texte & Photos Ulysse

 


25/01/2019
36 Poster un commentaire