Eldorad-Oc

Eldorad-Oc

Cap vers la côte Atlantique – 4 - De la Trinité sur Mer à l’île de Groix

 

IMG_8855.jpg

En cliquant sur les photos vous pouvez les agrandir.

 

Nous avons quitté la Charente Maritime (voir mes articles précédents) pour rejoindre La Trinité sur Mer dans le Morbihan, plaisante station balnéaire et port apprécié des marins. Comme souvent en Bretagne, le ciel sur l’arrière pays est encombré de nuages, ce qui n’est pas pour déplaire au photographe que je suis. J’avoue être un peu lassé des ciels bleus immaculés et fades qui prédominent l’été en Languedoc où je vis.

 

 

IMG_8854.jpg

 

Par contre vers le large, il fait quasiment beau et l’océan Atlantique se donne alors des airs de Méditerrannée. Les eaux sont calmes et une légère brise souffle qui permet aux quelques marins de sortie de rêvasser et d’admirer le paysage, tout en tenant la barre.

 

 

IMG_8871.jpg

 

Nous avons rejoint à pieds la pointe du Kerbihan,  impressionnant amas de blocs granitiques qui me dépayse des côtes désespérément plates et sableuses du Languedoc. Nous sommes à la ligne de partage entre le front continental orageux et le front maritime plus serein et ce contraste confère au paysage et à l’atmosphère une densité et un relief rarement vus en Méditerranée.

 

 

IMG_8873.jpg

 

L’ancienne maison des douaniers se dresse au bout de la pointe, intacte malgré les tempêtes de plus en plus dantesques de l’océan. Mais il est vrai que les bretons sont non seulement des navigateurs hors pair mais aussi de bâtisseurs de premier ordre capables d’édifier des phares au milieu des flots qui défient les pires tempêtes.

 

 

IMG_8890.jpg

 

Après cette brève escapade à la Trinité sur Mer, nous embarquons dans le port de Lorient pour l’île de Groix, située à environ huit kilomètres au large. Le ciel est aussi gris et mouillé que l’océan qui, par chance, est calme.

 

 

IMG_8901.jpg

 

Le port de Lorient situé au fond d’une rade protectrice comporte un important port de commerce dont on aperçoit les grues, immenses échassiers qui plongent leurs becs dans les entrailles des cargos venus des quatre coins du monde.

 

 

IMG_8913.jpg

 

Comme il est de règle dans tous les ports, une pilotine nous accompagne jusqu’à la sortie. Les pilotes de ces bateaux ont une bonne connaissance des hauts-fonds, des marées et  des courants et assurent ainsi la prévention des accidents lors de l’entrée et de la sortie du port.

 

 

IMG_8951.jpg

 

Nous arrivons dans le port Tudy*, principal port de l’île de Groix, protégé des colères de l’océan par des digues qui ne laissent qu’un étroit passage afin de préserver la tranquillité des eaux portuaires. Il faut être bon marin pour y passer !

 

* Tudy est le nom d’un abbé venu au VIème siècle d’Outre-Manche pour évangéliser la Bretagne.

 

IMG_9252.jpg

 

Les habitants de l’île s’appellent les  « groisillons » mais on les surnomme les « greks », en référence au breton qui signifie « cafetière » parce qu'à Groix le café est une véritable institution. Ici le temps semble s’être figé autour des années 1950 : pas d’immeubles, pas de panneaux publicitaires, quelques voitures et de nombreux vélos et surtout des îliens adeptes du « carpe diem » et qui connaissent la valeur des heures qui passent.

 

 

IMG_9251.jpg

 

Le cinéma en est aussi resté à l’âge d’or où on y allait en famille alors qu’aujourd’hui on regarde généralement les films en « streaming » chacun de son coté en tête à tête avec son écran de « smartphone » ou de « tablette », se privant de l’émotion collective joyeuse ou dramatique qui naît du partage d’un spectacle et qui humainement nous enrichit. Ce cinéma est le centre de gravité du festival annuel international du film insulaire qui sera consacré cet été 2019 aux îles chiliennes.

 

IMG_8952.jpg

 

Nous nous rendons au minuscule et pittoresque port Lay, l’un des plus petits de France. Malgré sa petite taille, ce port fut le siège d’une conserverie édifiée en 1864 quand la pêche au thon était pratiquée sur l’île.

 

 

IMG_8973.jpg

 

Il abrita aussi la première école de pêche française du littoral Atlantique. Ces deux établissements sont aujourd’hui fermés, conséquence de la crise qui affecte la pêche côtière du fait de l’épuisement des réserves halieutiques.

 

 

IMG_8980.jpg

 

Cet épuisement est visible car dans les eaux du port on ne voit plus guère que des méduses flotter au fil du courant.  Ce triste spectacle préfigure l’état général dans lequel seront nos mers et océans d’ici cinquante ans, si l’on ne revient pas rapidement à une pêche durable.

 

 

IMG_8958.jpg

 

Je ne me lasse pas du spectacle qu’offre l’océan d’où la vie terrestre est issue. Ses étendues moirées, où les couleurs varient en fonction de la profondeur et des nuages, me fascinent. Oeuvrons et agissons en tant que pêcheur ou  consommateur pour qu’il ne devienne pas un désert liquide.

 

 

IMG_9085.jpg

 

Nous voici sur la lande qui domine la pittoresque crique du port naturel de Saint Nicolas où quelques barques sont amarrées.

 

IMG_9080.jpg

 

Nous sommes seuls à contempler la beauté sauvage des lieux, loin des foules estivales qui envahissent les plages du continent. Il faut dire qu’il y a peu d ‘hébergements sur l’île, ce qui préserve sa tranquillité et son authenticité.

 

 

IMG_9082.jpg

 

Notre seule compagne est une mouette alors que plus de sept milliards d’homo-sapiens déambulent sur la planète. Quel privilège !

 

IMG_9246.jpg

 

Vers l’Est une ria prolonge la crique qui offre un abri sûr en cas de saute d’humeur de l’océan .

 

IMG_9249.jpg

 

Il n’y a pas que l’océan qui offre en ces lieux un spectacle qui réjouit nos yeux. La lande qui le surplombe est d’une richesse et d’une beauté inouïe et les insectes butineurs s’y régalent. Saluons au passage l’action des Groisillons qui se mobilisent pour obtenir l’interdiction des pesticides sur l’île.

 

IMG_9266.jpg

 

Nous revenons vers le port de Tudy pour déjeuner, l’un des phares ressemble à une chandelle d’où s’échappe un énorme volute de fumée, comme un génie sortant de la lampe d’Aladin. Magie de la Bretagne !

 

IMG_9268.jpg

 

Nous faisons le tour des quelques restaurants dont l’un d’eux, bien que  son menu du jour ait une consonance anglophone,  défie avec humour l’empoisonneur coca-colien yankee.

 

IMG_8940 - Version 2.jpg

 

Mais nous optons pour un plat plus traditionnel : des sardines grillées aux agrumes et légumes qui, accompagnées d’un rosé de Saint-Chinian* - la Bretagne ne produit pas encore de vin -  nous ont divinement régalés. Après une petite sieste, nous reprendrons la visite de l’île…..

 

* magnifique terroir de l’Hérault (mon pays aussi a des attraits !)

 

A bientôt….

 

 *****       

 Après cette balade maritime, je vous invite à aller sur mon blog musical 

 Canta-la-Vida   

 

pour écouter  ma dernière chanson " Où es tu ?"

 

3240386597.2.jpg

 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)    

 

 Texte & Photos* Ulysse


09/07/2019
26 Poster un commentaire

Cap vers la côte Atlantique – 3 – l’île Madame



IMG_8568.jpg

 

Aujourd’hui nous avons prévu de visiter l’île Madame située au large de Port des Barques, modeste hameau à la pointe d’une presqu’île qui vous donne le sentiment d’être au bout du monde. On  accède à l’île à marée basse en voiture ou à pieds par un tombolo, la Passe-aux-Bœufs, cordon sédimentaire d’un kilomètre de long qui la relie au continent. Pour l’heure, la marée baisse mais le tombolo est encore sous les eaux et on devine son tracé au vu de l’ourlet d’écume que son relief provoque à la surface des eaux qui refluent.

 

NB: En cliquant sur les photos, vous pouvez les agrandir.

 

 

20190606_095441_resized.jpg

 

En attendant que le tombolo soit dégagé, avec mes amis, dont mon inséparable compagnon d’aventure Gibus, nous allons prendre un « apéro cochon » au bar de l’Embarcadère à Port de Barques. Bon je plaisante bien sûr car il est environ 9H30 du matin et c’est plutôt l’heure du café. L’apéro viendra plus tard !

 

 

IMG_8574.jpg

 

Le tombolo est enfin accessible et les visiteurs entreprennent la traversée au milieu d’un vaste estran* encore inondé où la vue s’étend à perte de vue.

 

* zone intertidale entre les lignes extrêmes des marées haute et basse.

 

IMG_8581.jpg

 

Nous nous engageons à notre tour d’un pas alerte, heureux marcheurs en route pour le paradis, à l’image des hébreux traversant la mer Rouge vers la Terre Promise.

 

 

IMG_8582.jpg

 

Les nuages se mirent paresseusement dans les eaux calmes de l’océan qui ne s’est pas encore complètement retiré.

 

 

IMG_8602.jpg

 

Nous arrivons à la pointe sud de l’île qui s’étire sur une longueur de 800 m et sur une largeur de 400 m, ce qui permet d’en faire rapidement le tour. Elle est bordée de nombreuses pêcheries, ces baraques sur pilotis que les gens dénomment aussi « carrelets », du nom du filet de pêche qui est accroché à leur extrémité.

 

 

IMG_8604.jpg

 

L’île tiendrait son nom de l'abbesse de l’Abbaye toute proche  «Aux Dames de Saintes », qui portait le titre de « Madame de Saintes ». Elle s'est aussi appelée l'île de la Garenne, à cause de l'abondance des lapins qui ont été longtemps ses seuls habitants. Les nombreuses "pêcheries" qui ornent ses rivages contribuent à son charme, par leur silhouette de grands échassiers et leurs couleurs vives. Ce petit paradis a connu cependant deux épisodes tragiques : le premier pendant la révolution française quand 254 prêtres réfractaires à la révolution y moururent de maladie et de faim et y furent  enterrés et le second, lors de la Commune, quand des communards y furent déportés. Pour s'approvisionner en eau douce, ils creusèrent au nord de l'île un puits, appelé depuis puits des Fédérés ou puits des Insurgés, que l’on peut voir encore aujourd’hui.

 

 

IMG_8607.jpg

 

Mais tournons ces sinistres pages de son histoire pour partir à la découverte de ses rivages sauvages ornés de pêcheries aux vives couleurs.

 

IMG_8608.jpg

 

Quel bonheur de longer ces rivages sauvages au rythme de la marche sans aucune autre sollicitation sensorielle que le clapotis des vaguelettes, l'odeur iodée de la mer, la dérive nonchalante des nuages. Ici parmi mes amis, pas d'yeux et de pouces rivés sur des smartphones que l'on devrait plutôt nommés "addict-phones", pas d'impatience à lire des messages sans importance ni véritable urgence. Nous devisons "à l'ancienne" entre nous en osmose totale avec l'environnement, heureux de partager ensemble ce bain de nature entrelacé d'amitié.

 

 

IMG_8621.jpg

 

Et nous admirons au passage ces "grands échassiers " de bois qui scrutent immobiles et silencieux l'immensité océane. Nous sommes loin du royaume de GAFA et des marchands de verroteries qui oeuvrent pour capter notre temps de cerveau disponible et dont le dernier gadget, l'enceinte qui vous parle, va enfermer l'humanité dans des soliloques narcissiques et névrotiques.

 

IMG_8645.jpg

 

On aimerait avoir la clé de ce cabanon rouge pour pouvoir s'y poser quelques jours avec une compagne ou un compagnon pour lire, rêver, s'aimer, gratter la guitare, chanter et boire à la santé de la Terre et de l'océan auquel nous infligeons tant d'infamies.

 

 

IMG_8672.jpg

 

Plus que le Taj Mahal, tombeau prétentieux et mégalomane, me plaisent ces modestes édicules qui se dressent sur leur pattes graciles et défient les colères de l'océan.

 

 

IMG_8693 - Version 3.jpg

 

Dans cette île qui était déserte, un couple,  Elisabeth et Jean Pierre, s’est établi en 1980 pour créer une ferme aquacole. L’île comportait alors une grande lagune qu’ils ont transformée pour créer un marais salant et développer l’élevage de moutons en prés-salés, de crevettes impériales, de palourdes, d’huitres de claires (bassins alimentés par l’eau de mer) nourries de façon naturelle par le phytoplancton de l’océan. Ils ont aussi développé la culture de salicorne et diverses autres productions en agriculture biologique.

 

 

IMG_8693 - Version 2.jpg

On peut voir sur ce plan le résultat de leur travaux titanesques qui ont été durement affectés par la tempête Xynthia en mars 2010, ce qui ne les a pas découragés dans leur entreprise. Je suis admiratif de ces gens qui mettent en oeuvre, contre vents et marées, une passion qui sert au bien être de tous dans le respect des rythmes et des contraintes naturelles et contribuent ainsi à la sauvegarde de l'environnement.

 

 

IMG_8703.jpg

 

Nous nous posons pour un couple d’heures à l’idyllique restaurant créé par ce couple où l’on peut déguster l’ensemble de leurs productions. On peut également les acheter dans une boutique attenante.

 

 

IMG_8691.jpg

 

Si vous vous rendez dans cette île, il faut impérativement effectuer la visite guidée de l’exploitation sous la direction de Jean Pierre ou de son fils. On en ressort incollable sur l’élevage des huitres, des palourdes,des crevettes impériales ...

 

 

IMG_8710.jpg

 

Ainsi que sur la récolte du sel.

 

IMG_8711.jpg

 

Vous verrez ainsi comment l’on récolte la fleur de sel qui affleure à la surface de l’eau.

 

IMG_8714.jpg

 

Ainsi que le gros sel qu’il faut ratisser chaque jour.

 

 

IMG_8727.jpg

 

Par contre, si vous visitez l’île, il faut prêter attention à l’heure de la marée montante pour ne pas y être piégé car elle ne comporte aucun hébergement, hormis des terriers de lapin ! Pour notre part, ce n’est pas la crainte d’une nuit à la belle étoile, mais le souci de ne pas rater un apéritif qui nous fait prendre le chemin du retour, alors que l’océan a commencé à remonter.

 

IMG_8738.jpg

 

Parvenus sur le continent, nous regardons les passants retardataires qui empruntent le tombolo cerné par les eaux. Peu de temps après que nous y soyons allés, la presse a relaté la mésaventure d’un automobiliste qui a failli s’y noyer. Il a dû être hélitreuillé en abandonnant sa voiture . Faillir perdre la vie en rendant visite à une « madame », c’est plutôt romantique !

 

 

IMG_8699.jpg

 

Pour notre part, nous sommes sains et saufs, et je vous donne rendez vous  dans quelques jours pour d’autres horizons.

 

 *****       

 

Après cette balade maritime, je vous invite à aller sur mon blog musical 

 

 Canta-la-Vida   

 

pour écouter  ma dernière chanson satirique "T'es trader"

 

IMG_1555 - Version 2.jpg

 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)    

 

 Texte & Photos* Ulysse


03/07/2019
19 Poster un commentaire

Cap vers la côte Atlantique – 2 – L’île d’Aix

 IMG_8452.jpg

 

NB: Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus.

 

Aujourd’hui malgré le temps maussade, nous partons visiter l’île d’Aix située au large de la presqu’île de Fouras sur la côte charentaise, au Nord Est de l’île d’Oléron. Son nom serait dérivé du saxon « Eia » qui est devenu « Aia » puis Aix. J’aime les traversées en bateau, car même brèves, elles me donnent le sentiment de faire un long voyage. Cela vient de mon adolescence quand j’ai fait avec mes parents un demi tour de terre en bateau pour aller vivre quelques années en Nouvelle Calédonie, ce qui m’a donné une âme de globe-trotter.

 

 

IMG_8455.jpg

 

Nous avons à bord un très jeune passager qui semble fasciné par les remous  provoqués par l’hélice du bateau. Ainsi naissent les vocations !

 

 

IMG_8558.jpg

 

Nous arrivons aux abords de l’île qui émerge à peine au dessus des flots et risque un jour d’être submergée, malgré la digue qui a été édifiée, du fait de l’élévation attendue du niveau des mers.

 

 

IMG_8526.jpg

 

Les automobiles y sont interdites et les seuls moyens de locomotion se réduisent aux gambettes, à la bicyclette et à la carriole à cheval. Il serait souhaitable que ces modes de transport se généralisent pour les courtes distances sur le continent*. La planète et les « homo sapiens » s’en porteraient mieux.

 

* 40% des trajets en voiture font moins de 2 kms !

 

 

IMG_8457.jpg

 

L’ile a eu un rôle stratégique important lors des multiples guerres contre les anglais et Vauban y édifia des fortifications pour défendre l’estuaire de la Charente. L’infâme Napoléon*, après son abdication, s’y réfugia huit jours avant de se rendre aux anglais. Pour commémorer cet épisode, les aixois ont créé un musée napoléonien. Vraiment curieux nous sommes nous les gaulois qui honorons les monarques qui on ruiné la France et vilipendons nos présidents quand ils sont au pouvoir pour ensuite les regretter. Comme le chantait ce bon vieux George « Il est toujours joli le temps passé….. les morts sont tous des braves types…. ».

 

* N'oublions pas qu'il a rétabli l'esclavage dans les Antilles françaises et causé la mort en Europe de millions de personnes.

 

IMG_8465.jpg

 

Plus romantiques que les canons sont les magnifiques roses trémières qui ornent les devantures des maisons.

 

 

IMG_8473.jpg

 

Plus sauvages que les roses trémières, des lys maritimes se dressent au bord des marais.

 

 

IMG_8476.jpg

 

Et plus maritimes encore que les lys, on y voit quelques « pêcheries », ces  baraques sur pilotis qui s’avancent au dessus des flots à marée haute et permettent la pêche au carrelet (voir mon article précédent).

 

 

IMG_8478.jpg

 

Pour l’heure, c’est la marée basse et les bateaux se morfondent, leur quille dans la vase. Leur mélancolie n’a d’égale que celle que j’éprouve quand je suis aussi à sec et que mon verre est vide !

 

 

 

IMG_8484.jpg

 

Un aixois facétieux a planté une borne indiquant les directions, ornée d’un attrape-rêves qui lui permet sans doute de chasser les mauvais rêves que lui inspire la digue en péril.

 

 

IMG_8495.jpg

 

Les arbres, que l’on a longtemps considérés comme des êtres purement « végétatifs » et amorphes, révèlent une étonnante capacité d’adaptation à leur environnement et aux contraintes qu’ils subissent, comme le prouve cet étonnant chêne dont on ne sait quelle épreuve il a subi dans sa jeunesse pour avoir cette étonnante forme.

 

 

IMG_8505.jpg

 

L’air marin ayant creusé notre appétit et asséché nos gosiers, nous nous installons à une table du Pressoir, chaleureux et recommandable estaminet de l’île.

 

 IMG_8510.jpg

 

On ne peut qu’adhérer aux règles de vie que le patron affiche et dont on a pu vérifier dans nos assiettes et dans la cordialité du service qu’il les mettait en pratique.

 

 

IMG_8509.jpg

 

De joyeux drilles y donnent un concert de temps à autre qui malheureusement n’étaient pas, ce jour là, des nôtres.

 

IMG_8519.jpg

 

Les mines réjouies que l’on affiche après ces agapes témoignent du bon moment que nous y avons passé.

 

 

IMG_8538.jpg

 

Nous achevons notre tour de l’île et parvenons en vue de l’étonnant et rare phare à deux tours dont elle est dotée et qui permet de mieux signaler les hauts fonds qui l’environnent.

 

 

P4070085.jpg

 

Ce double phare m’a donné l’idée d’une photo truquée faite à partir d’un cliché pris il y a quelques années lors d’une première visite et qui préfigure l’aspect qu’aura ‘île lors de la montée des eaux !

 

 

IMG_8556.jpg

 

Mais il est temps de quitter cette île pleine de charme où nous reviendrons avant que l’océan ne l’engloutisse !

 

 

IMG_8560.jpg

 

Si l’océan effacera vite le sillage de notre bateau, le souvenir de cette belle journée passée entre amis sur l’île restera à jamais dans nos mémoires.

 

 *****        

 

Après cette balade maritime, je vous invite à aller sur mon blog musical 

 

 Canta-la-Vida   

 

pour écouter  ma dernière chanson "le bernard l'hermite"

qui vous mettra dans l'ambiance des vacances qui approchent

 

2779963418.jpg

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)    

 

 Texte & Photos* Ulysse


26/06/2019
24 Poster un commentaire

Cap sur l’Atlantique – 1 – La Rochelle et ses environs

P4050041.jpg

 

Résidant dans le Languedoc, que je parcours pédibus jambis depuis près de vingt ans déjà, j’aime changer d’horizon de temps à autre pour moissonner de mon œil de verre de nouveaux paysages, emplir mon âme de nouvelles ambiances, rêver devant de nouveaux horizons.  Me voici donc parti, avec un groupe d’amis, pour un long périple vers les rives de l’Atlantique, de la Rochelle au Golfe du Morbihan, dont je vais vous faire découvrir les beautés et richesses au cours des semaines à venir. Pour l’heure, nous entrons dans le port millénaire de La Rochelle dont l’accès est protégé par deux tours et un rempart édifiés sur l’ordre de Richelieu en 1628 pour en interdire l’accès aux anglais qui furent les alliés de la ville pendant sa domination par les protestants.

 

NB: En cliquant sur les photos vous pouvez les agrandir

 

P4050049.jpg
 

Entrer dans un port comme celui de la Rochelle, c’est remonter l’histoire qui se lit dans les façades des riches immeubles qui bordent ses quais et ses rues. Enrichie dès le XIVème siècle par le commerce des eaux de vie et des vins d’Aunis et de Saintonge, dont le fameux Cognac, sa prospérité s’accrut au XVIIIème siècle pour une plus funeste raison : la traite des noirs. La Rochelle fut ainsi le second port négrier de France et près de 130.000 esclaves en partirent pour l’Amérique et l’île de Saint Domingue. C’est aujourd’hui un grand port de pêche et d’escale touristique ainsi qu’une base de sous-marins.

 

 

IMG_8403.jpg

 

La Rochelle est une ville à l’avant garde en matière d’écologie urbaine où l’on  circule plus à pieds et à vélo qu’en automobile. C’est ici que fut créé en 1970 le premier secteur piétonnier de France et en 1974 les premiers vélos en libre service.

 

 

DSCN3320.jpg
 

Comme les bus de la ville qui roulent au diester (gazole écologique) les Rochellais carburent depuis des siècles  à des substances tout à fait naturelles – ce qui, à dose raisonnable, prouve leur innocuité -  et qui sont au demeurant exportées dans le monde entier.

 

 

DSCN3330.jpg

 

Au marché des halles de la Rochelle on trouve le meilleur des produits charentais dans un environnement urbain pittoresque: pommes de terre de l’île de  Ré, salicorne, sans oublier les melons que l’on vend dans le monde entier!

 

 

DSCN3322.jpg

 

On y trouve bien évidemment un choix unique de poissons, de coquillages et de crustacés  à des prix défiant toute concurrence. Je constate à l’occasion que les poissonniers de ma région vendent les leurs à prix d’or et pourtant la pêche en Méditerranée est bien moins rude que dans l'Atlantique Nord !

 

DSCN3347.jpg

 

Le superbe café de la Paix avec son décor « Belle époque » qui fut aménagé au début du XIXème siècle dans les locaux d’un ancien hôpital témoigne de la prospérité passée de la ville. On y sent encore les effluves des pipes que le capitaine Haddock venait y fumer entre deux albums.

 

 

DSCN3240.jpg

 

La ville est fort heureusement protégée par une digue qui a bien du mal à empêcher l’Océan d’y pénétrer les jours de tempête. Les Rochellais se souviennent avec effroi de  la tempête Xynthia de 2010 où l’océan avait envahit les rues de la ville.

 

DSCN3245.jpg

 

Aujourd’hui la tempête « Miguel » que nous subissons ne fait heureusement qu’asperger les quais de la ville et les promeneurs imprudents.

 

 

DSCN3258.jpg

 

Dans le même temps aux Sables d’Olonne trois vaillants sauveteurs ont payé de leur vie cette colère de l’océan qu’un imprudent marin a voulu affronter. Rude est  la vie de marin auxquels je rends hommage dans cette chanson :

 

 

 

 

 

DSCN3293.jpg

 

Non, je vous rassure, cette ancre n’a pas été amenée là par l’océan. Sa présence illustre la nature maritime de la ville et vous invite justement à y jeter l’ancre quelques jours pour en découvrir les beautés et les richesses.

 

 

IMG_8411.jpg

 

Nous quittons la ville pour aller à la découverte de la côte sauvage en direction du petit port de pêche de Le Plomb. Nous longeons le marais de Pampin où une échasse,  insouciante de notre présence, fait son marché.

 

IMG_8429.jpg

 

Un iris maritime déploie ses pétales d’un violet intense qui se prolongent par des languettes dont la finesse et la beauté des motifs rainurés me fascinent et m’ amène à me poser cette question : les fleurs ont-elles conscience de leur beauté ?

 

 

IMG_8414.jpg

 

Nous voici sur la grève caillouteuse où quelques coquelicots s’aventurent pour tenter d’apercevoir le pont qui mène à l’île de Ré.

 

IMG_8437.jpg

 

Seul relief au dessus de l’horizon,  une  pêcherie sur pilotis se dresse qui permet la pêche au carrelet, ce filet rectangulaire que l’on descend  dans l’eau en y mettant un appât (un boît) et que l’on remonte rapidement en espérant emprisonner les poissons qui y ont été attirés.

 

 

IMG_8450.jpg

 

La marée qui remonte mêle le sable à l'eau qui devient mordorée sous la lumière laiteuse d’un soleil voilé. Jamais la Méditerranée ne nous offre une telle palette de couleurs ! Il est bon de voyager !

 

 *****        

Après cette balade maritime, je vous invite à aller sur mon blog musical  

 

 Canta-la-Vida  

  

pour écouter  ma dernière chanson "Je vais par monts et par vaux" qui vous fera voyager au pays des cow-boys !

 

4212978033.jpg

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)      

 

 Texte & Photos* Ulysse

*(sauf celle de la chanson qui est de Pierre Caruana)

 

 

 

 


21/06/2019
39 Poster un commentaire

Sublime Albine !

 

 IMG_8016.jpg

 

Chaque fois que je pars en randonnée, j’éprouve un sentiment de gratitude pour tous ceux qui, au cours des siècles passés, ont consacré leur existence à tracer des chemins à travers monts et vaux, pour développer leurs cultures ou aller faire paitre leurs bêtes. C’est grâce à leur travail de titans que nous pouvons baguenauder dans les moindres recoins, les endroits les plus sauvages, de notre beau pays. Aujourd’hui, nous retournons à l’assaut du Caroux en empruntant le sentier du col de la Pomarède qui dessert les châtaigneraies dont l’exploitation est malheureusement abandonnée. Le feuillage n’a pas encore atteint son maximum de densité et le vert en est encore tendre, ce qui permet au soleil matinal d’illuminer le sous-bois. Stimulés par cette ambiance magique nous marchons d’un bon pas.

 

IMG_8019.jpg

 

Nous passons près d’un « sécadou » en ruine qui servait à faire sécher, au moyen d’un feu de bogues, sur un plancher à claire voie, les châtaignes qui constituaient un aliment essentiel de la période hivernale dans de nombreuse régions, jusqu’au début du XXème siècle. On appelait d’ailleurs le châtaignier « l'arbre à pain » mais aussi « l'arbre à saucisses » car les châtaignes servaient également à l'alimentation des porcs.

 

 IMG_8024.jpg

 

Nous abordons une zone plus montueuse et rocheuse et le sentier devient plus pentu mais aussi plus incertain et les cairns sont les bienvenus. 

 

 

IMG_3383.jpg

 

Nous arrivons en vue de l’Albine, la plus haute (80m) et plus belle cascade du Caroux, toujours sublime bien qu’elle soit fortement amaigrie par un hiver et un début de printemps anormalement secs. Ce déficit de précipitations, qui tend à se répéter d’une année sur l’autre, menace la survie de nombreuses espèces d’arbres dans le massif, dont notamment les hêtres et les châtaigniers, ainsi que de la faune (mouflons, cervidés) qui risque de manquer d’herbes à brouter et d’eau pour se désaltérer.

 

 

IMG_8039.jpg

 

Ce bas étiage de l’eau nous permet de facilement la traverser. En période de hautes eaux, l’exercice est périlleux et le risque est grand d’être projeté sur les énormes rochers qui en obstruent en partie le cours, ce qui est toutefois mieux que d’être précipité dans le vide ! La randonnée n’est pas toujours une affaire de tout repos !

 

IMG_8046.jpg

 

Pour sortir de son lit encaissé, il nous faut gravir un ressac rocheux, excellent test pour notre agilité et la souplesse de nos articulations que je passe sans difficulté. Cela me rassure car le chiffre sur mon compteur (73) commence à être honorable. Il y en a des plus jeunes qui s’essoufflent rien qu’à monter dans leur gros S.U.V. !

 

 

IMG_8057.jpg

 

Puis nous finissons notre ascension en empruntant la piste plutôt sportive du Garel qui fait battre la chamade à nos cœurs comme si nous avions un rendez vous galant. A nos âges, pour les émois, la montagne remplace la bagatelle ! A l’approche du plateau sommital, nous marchons d’un pied léger pour ne pas effrayer une poule en train de couver.

 

 

IMG_8058.jpg

 

Il reste quelques mètres à grimper avant de nous installer pour un gargantuesque pique-nique faisant honneur aux nectars de la plaine. Sportifs nous sommes mais du genre épicuriens, pas comme ces tartuffes qui calomnient Bacchus mais laissent Tonton Santo et Caca-Cola empoisonner l’humanité.

 

IMG_8060.jpg

 

Nous passons près du rocher que Gibus (qui sera bientôt des nôtres) a fendu en deux avec son couteau suisse, histoire de nous montrer la qualité de l’acier helvète.  Je suis sûr que mon Opinel aurait aussi bien fait mais il n’y avait pas d’autre rocher à couper !

 

 IMG_8065.jpg

 

Après quelques instants passés (en rêve) avec les copines de Bacchus, nous prenons le chemin du retour dans l’atmosphère féerique d’une futaie de grands pins et de hêtres. Remercions les arbres sans lesquels la vie n’aurait pas été possible sur Terre. Prenez en un dans vos bras quand vous en  avez l’occasion, vous en serez rasséréné et fortifié.

 

 

IMG_8069.jpg

 

Nous arrivons près du Roc de Lucet où le sentier plonge vers la plaine.

 

 

IMG_8073.jpg

 

Nous nous arrêtons quelques minutes pour jouir de cette vision à l’infini que procurent les randonnées en montagne. Oublions un instant nos écrans de « ploucphones » et nos « tablettes addictives » qui nous emprisonnent dans une virtualité stérile et redécouvrons comme le monde est beau et que cette beauté nourrit et élève notre âme.

 

 

IMG_8071.jpg

 

Peut être que cet arbrisseau perché au dessus du vide capte aussi secrètement cette beauté du monde.

 

 

IMG_8076.jpg

 

Comme ses deux congénères qui semblent danser de joie au dessus du vide.

 

 

IMG_8080.jpg

 

Après une petite heure, nous apercevons le village de St Martin de l’Arçon d’où nous sommes partis.  Il est réconfortant de voir des lieux où la présence de l’homme égratigne à peine la nature sauvage.

 

 

IMG_8083.jpg

 

Et nous retrouvons un antique chemin tracé par les anciens. Nous leur adressons en pensée nos remerciements pour cette belle journée qu’ils nous ont permis de passer.

 

 

 *****          

 

Après avoir passé un moment au paradis en ma compagnie, je vous invite à aller sur mon blog musical  

 Canta-la-Vida      

pour écouter  ma dernière chanson "Mirages"

 

3968666740.jpg
 

(lien direct dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)     

 

 Texte & Photos Ulysse


14/06/2019
31 Poster un commentaire