Eldorad-Oc

Eldorad-Oc

Balade à travers les siècles en Minervois

 

IMG_3886.jpg

 

Notre territoire est pétri d’histoire et quasiment tous les lieux évoquent les siècles passés, même le moindre champ, cultivé souvent depuis d’innombrables générations. Il en est ainsi de la cité de Minerve, bâtie sur un lieu déjà occupé par l’homme au moins mille ans avant Jésus Christ et où les romains avaient établi leur Xème légion. La cité telle qu‘on la voit aujourd’hui est née au XIIème siècle et était à l’époque sous le contrôle des vicomtes de Minerve.

 

 

IMG_3899.jpg

 

Edifiée sur un promontoire rocheux dressé entre les gorges du Briant et celles de la Cesse, deux rivières à sec l’été, Minerve était réputée inexpugnable.

 

 

 

IMG_3914.jpg

 

Les vicomtes de Minerve adhéraient au catharisme, religion chrétienne qui considérait que le Diable était le créateur de la Terre et qu’il fallait donc mépriser les biens de ce monde pour accéder au paradis. A ce titre les cathares condamnaient les richesses et la corruption de l’église catholique. L’assassinat du légat du pape par des cathares (ou des provocateurs !) amena ce dernier à lancer une croisade contre ces « hérétiques » à laquelle participa le roi de France, Philippe Auguste, qui y vit l’opportunité de mettre la main sur les possessions des seigneurs d’Occitanie acquis au catharisme.

 

 

IMG_3949.jpg

 

Minerve, comme bien d’autres villes d’Occitanie, fut  assiégée en 1210 par l’infâme et cruel Simon de Montfort.

 

 

IMG_3964.jpg

 

Bien protégée par les canyons qui l ‘entouraient, formidables défenses naturelles, Minerve résista vaillamment.

 

 

IMG_3965.jpg

 

Mais Simon de Montfort installa, sur la rive opposée des gorges du Briant, un trébuchet, nommé la Malvoisinne,  qui permit aux assaillants d’envoyer des blocs de pierre qui détruisirent le seul puits de la cité. Assoiffés, les assiégés se rendirent et cent quarante cathares qui refusèrent d’abjurer leur foi furent brûlés vifs.  Ils furent néanmoins vengés car Simon de Montfort fut tué en 1218 lors du siège de Toulouse par des pierres lancées par des femmes assiégées. Notons au passage que pour les cathares les femmes étaient les égales des hommes ! Les cathares exterminés, il a fallut plus de sept siècles pour que l’on en accepte de nouveau  le principe !

 

 

IMG_3968.jpg

 

Aujourd’hui cette cité, dont la protection est assurée par un étonnant chien de garde, accueille généreusement les touristes qui y trouvent grand plaisir à arpenter ses ruelles bordées de maisons médiévales et de restaurants où les gosiers ne restent pas longtemps insensibles aux délicieux crus du Minervois. Aujourd’hui à Minerve qu’on se le dise, on ne meurt plus de soif !

 

 

IMG_3904.jpg

 

Oubliés sont les temps de guerre et de famine et il règne dans les ruelles une atmosphère sereine propice à la méditation.

 

IMG_3908.jpg

 

De talentueux artistes contribuent par leurs créations à créer cet environnement paisible où l'homme est réconcilié avec le monde environnant.

 

IMG_3909.jpg

 

 Mais on sait hélas que dans la réalité il en va autrement !

 

 IMG_3918.jpg

 

Aux visiteurs un brin aventureux, le site de Minerve réserve une étonnante curiosité : des ponts naturels creusés dans le sol par la Cesse que l’on ne peut visiter qu’en période « sèche » !

 

 

IMG_3923.jpg

 

Comme souvent devant les œuvres de la nature, on est sidérés par le fantastique travail d’érosion accompli par un cours d’eau au flux intermittent !

 

 

IMG_3920.jpg

 

Le premier tunnel (il y en a deux)  long de 228 mètres est encombré dans son milieu d’énormes tronc d’arbres qui illustrent la violence des flots à la période hivernale.

 

 

IMG_3943.jpg

 

Le site est enrichi de centaines de cairns édifiés par les visiteurs  qui ont souhaité y laisser une trace de leur passage, sympathiques et étonnantes oeuvres éphémères, à l’image de nos vies que le flot du temps un jour emportera !

 

IMG_3937.jpg

 

Certains cairns sont un véritable défi à la  gravité et ont demandé dextérité et  patience à leurs bâtisseurs !  Cela dit ces pierres doivent être ravies d’échapper un instant à leur destinée d’être  constamment piétinées ou roulées par des flots impétueux!

 

 

IMG_4000.jpg

 

Quittons Minerve pour nous rendre dans le hameau de Barroubio  d’où part un sentier qui mène à la chapelle du Trou dite aussi de St jean de Dieuvaille, perdue au fond du canyon éponyme creusé par un modeste torrent nommé Eglise ! 

 

 

IMG_3998.jpg

 

Je connais peu de lieux aussi isolés et sauvages et courageux sont les hommes et les femmes qui ont acheminé au fond du canyon les pierres  nécessaires à l’édification de la Chapelle ! Mais il est vrai que la foi soulève les montagnes.

 

 

IMG_4007.jpg

 

Le sentier qui y mène  traverse une forêt de chênes verts. Il est symbolique que leur feuillage toujours vert ombrage le chemin qui mène à un lieu célébrant l’immortalité.

 

IMG_3993.jpg

 

Pourtant, le sol en ces lieux n’est guère fertile et ne favorise pas l’éclosion des végétaux qui doivent briser la roche pour s’épanouir ! Penser à ne jamais traiter  de « légume » les gens paresseux !

 

 

IMG_4002.jpg

 

La puissance ahurissante dont fait preuve  ce chêne est à l’image de ce lieu envoûtant et baigné de spiritualité. Car là s’illustre à merveille le mystère de la vie qui s’est développée envers et contre tout sur cette planète, autrefois entourée de gaz mortifères !

 

 

IMG_4008.jpg

 

Nous arrivons à la chapelle, bâtie au XIIIème siècle sur les fondations d'un ancien ermitage. Ses bâtisseurs n’on pas « mégotté » et l’ont construite pour durer !

 

 

IMG_3982.jpg

 

Son délabrement intérieur n’empêche pas d’admirer son élégance et la fresque murale qui représente Saint jean et Saint Pierre.

 

 

IMG_4011.jpg

 

Saint Pierre est reconnaissable à la clé du Paradis qu'il tient dans ses mains. Cette clé énorme laisse penser que les portes dudit lieu ne sont pas en contreplaqué et que l'on ne doit pas facilement y entrer. Je suppose que depuis lors, St Pierre se faisant vieux,  le maître de céans a dû ajouter quelques caméras vidéos pour dissuader les resquilleurs dont la vie de patachon ne leur permet pas de bénéficier du fameux sésame ! Mais à vrai dire je m’en fiche un peu car je préfère passer mon éternité avec quelques  diablesses !

 

 

IMG_3991.jpg

 

Un charmant  - si, si, je maintiens le mot – cimetière jouxte la chapelle où les défunts semblent faire la sarabande vu l’état chamboulé de leurs tombes ! Mais qui peut les blâmer, sûrement pas les voisins qui sont à des lieux à la ronde !

 

IMG_3990.jpg

 

Ce cimetière est également le lieu d'un phénomène étrange. On y voit, en effet, un chêne vert planté près d'une tombe dont les deux premières branches suivent les deux bras de la croix qui l'orne. On a le sentiment que l'arbre, dont les racines doivent entourer le cercueil du défunt, manifeste ainsi sa sympathie à son égard. Mais je ne suis pas étonné car l’on sait maintenant que les arbres sont des êtres sensibles capables de compassion !

 

IMG_4017.jpg

 

Et puis on y trouve cette liane de salsepareille, friandise  des Schtroumpfs, ornant de sa guirlande de cœurs la ramure d’un arbre et qui semble nous dire que l’amour est l’énergie de la vie et qu’il faut en emplir nos cœurs pour que le monde soit vivable. A cet égard, je concluerai en citant un extrait du roman "Le coeur de l'homme" de Jon Kalman Stefanson qui fait partie d'une trilogie comprenant "Entre ciel et Terre" et " la tristesse des Anges", passionnante saga islandaise peuplée d'une foule de personnages bousculés par la vie, l'hiver, la mer, et leurs sentiments : "Nous ne savons jamais dans quelle direction la vie nous emporte, ne savons jamais qui survivra à la journée et qui y succombera, nous ne savons pas si le dernier adieu sera un baiser, une parole amère, un regard blessant, il suffit que quelqu'un ait un moment d'inattention, qu'il oublie de regarder à droite pour qu'il meure, et alors il est trop tard pour retirer des paroles malheureuses, trop tard pour dire pardonne-moi, trop tard pour dire ce qui compte, ce que nous voulions dire, mais que nous ne pouvions pas articuler à cause de notre cruauté, notre fatigue, notre routine, du temps qui manque, tu as oublié de regarder à droite, je ne te verrai plus jamais et les mots que tu m'as dits continueront de résonner en moi chaque jour et chaque nuit, et le baiser que tu aurais dû recevoir sèchera sur mes lèvres où il deviendra une blessure qui se rouvrira  à chaque fois que quelqu'un d'autre que toi m'embrassera." Aimons donc pendant qu'il est encore temps....

 

A la semaine prochaine pour d’autres merveilles….

 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes blogs musicaux 

 

 Canta-la-Vida et Old Nut Wix

(liens directs dans la barre de navigation de l'en tête de ce blog)

  

Texte & Photos Ulysse

 

 

 


21/09/2018
18 Poster un commentaire

Rencontre avec Sitting Bull dans les gorges de Colombières !

 DSCN0143.jpg

 

Il en est des paysages comme des chefs d’œuvres de l’art : on ne se lasse pas de les parcourir et de les contempler. C’est pourquoi je n’hésite pas à vous inviter à me suivre dans un lieu cent fois parcouru avec mon ami Gibus : le sentier de l’Esquino d’Aze qui monte à l’assaut du Caroux pour redescendre par les somptueuses gorges de Colombières. Dans notre « jeunesse » nous montions ce sentier plus qu’abrupt quasiment en courant et aujourd’hui nous avons des bâtons, mais que les jeunes ne se moquent pas, beaucoup auraient encore du mal à nous suivre !

 

 

DSCN0145.jpg

 

Si nous n’apercevons aucun mouflon  - ni d’autres animaux sauvages d’ailleurs -  effrayés par la « régulation » opérée par les chasseurs, défenseurs de la biodiversité en terrines, selon la drôlatique et pertinente formule de Charline Vanhaoenacker (humoriste belge), nous croisons quand même une poule en train de couver. J’hésiterais à faire une omelette avec ses œufs par crainte qu’elle ne me reste sur l’estomac !

 

 

DSCN0149.jpg

 

Il suffit d’affirmer une chose pour que la vie vous contredise  - triste sort que la condition humaine – car nous apercevons au loin un buffle dont on sait qu’il est l’un des animaux les plus dangereux de la planète, l’homo sapiens mis à part bien évidemment. Mais il nous laisse passer sans encombre, en raison de notre allure inoffensive, n’ayant ni la bedaine, ni la mine crétine des « nemrods » qui à l’abri de leurs 4x4 collectionnent les trophées d’animaux.

 

 

DSCN0152.jpg

 

Bien que nous la saccagions sans vergogne, la nature souvent nous montre sa résilience, comme cet arbre que le vent ou un oiseau porteur de graine a fait malencontreusement naître entre deux rochers exposés au vent qui souffle parfois violemment en ces lieux. Saurons nous faire preuve d’autant de courage quand les cataclysmes se succèderont sur la Terre du fait de notre inconscience ?

 

 

DSCN0153.jpg

 

Mais cessons de jouer les Cassandre car si chaque homo sapiens fait partie du problème, il détient aussi une partie de la solution. Oeuvrons  donc, chacun à notre niveau, pour préserver cette beauté que ce berger multi séculaire continue d’admirer alors que ses troupeaux pâturent depuis longtemps dans la voie lactée ! Vous ne voyez pas le berger ! Ne soyez pas inquiet, car seuls les initiés atteints de paréidolie peuvent l’apercevoir ! N’est ce pas Chinou !

 

 

DSCN0156.jpg

 

Oui, la beauté est en ces lieux, bien que la bruyère commence à être brûlée par le soleil caniculaire de l’été. Mais ces magnifiques étendues mauves sont, du fait de la disparition des troupeaux d’ovins, peu à peu grignotées par les ginestières et quelques pins, éclaireurs d’une armée de conifères qui, si l’on n’y prend garde, envahira le plateau. Si l’O.N.F laisse faire, alors disparaîtra ce qui fait le charme unique du plateau du Caroux. 

 

 

DSCN0157.jpg

 

Ceux qui peuvent marcher savent qu’il n’ y a pas de plus grand bonheur que d’avoir devant soi une nature vierge jusqu’à l’horizon. Il s’agit sans doute d’une joie atavique gravée dans les gènes de l’homme quand il est parti à la découverte de la planète et qui renaît quand il se trouve au cœur d’une nature sauvage.

 

 

DSCN0159.jpg

Peut être que cette joie envahit aussi cet arbuste qui, comme son congénère rencontré plus tôt, est né en un lieu plutôt inhospitalier. Car que savons nous du  peuple des arbres dont on découvre qu’ils sont des êtres bien plus complexes et «sensibles »  à leur environnement que nous  ne le pensions.

 

 

 

DSCN0160.jpg

 

Nous nous apprêtons à quitter le plateau Sommital du Caroux et à descendre vers les gorges de Colombières. Devant nous s’étend une galaxie de monts bleutés qui surprendront ceux qui pensent que l’Hérault est essentiellement un département balnéaire. Il est certain que les vacanciers qui se font rôtir sur les plages du littoral ne se doutent pas que des montagnes se dressent à une heure à vol d’oiseau !

 

 

DSCN0161.jpg

 

Et nous voilà dans les gorges entaillées au cours de millions d’années par le modeste torrent de l’Arles, le nom de Colombières leur étant donné par le village qui se trouve à leur « embouchure ».

 

 

DSCN0163.jpg

 

Bien que le soleil soit ardent, il peine à réchauffer les eaux du torrent qui sortent non loin d’ici des entrailles de la Terre. S’y plonger est pour le moins revigorant, comme en témoigne la mine de mon ami Gibus ! Pas plus frais est le rosé qui accompagne notre pique-nique, histoire de vous dire au passage que nous ne faisons pas partie de ces sportifs ascètes un peu zinzins qui rouillent leurs articulations avec de l’eau minérale.

 

 

DSCN0171.jpg

 

C’est dans les gorges que l’on voit le mieux que le massif du Caroux – l’un des plus vieux de la terre avec 600 millions d’années au compteur – est en état de délabrement avancé. Les montagnes comme les hommes sont mortelles même si leur échelle de temps n’est pas la nôtre !

 

 

DSCN0177.jpg

 

C’est en ces lieux qu’a trouvé refuge le chef indien sioux lakota Sitting Bull rescapé des massacres commis par les yankees, qui continuent au demeurant à exterminer le reste de l’humanité avec leur kaka cola et autres sodas, diabolique invention qui bousille nos cerveaux et nous rend obèses. Il nous propose de fumer le calumet de la fraternité avec lui et nous discutons un moment des méfaits commis par les homo sapiens à l’égard de l’environnement. Il nous rappelle l’avertissement qu’il avait lancé aux yankees quand il vivait encore aux USA : « Quand vous aurez coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau et pêché le dernier poisson, alors vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas ».  Il n’a malheureusement pas été entendu car le seul but des milliardaires yankees et de leurs clones à travers la planète  reste d’accumuler des dollars !

 

 

DSCN0180.jpg

 

Puis nous reprenons notre descente vers la plaine en empruntant un sentier en balcon qui nous gratifie d’un panorama exceptionnel.

 

DSCN0182.jpg

 

Oui notre planète est belle, faisons en sorte que nos descendants puissent encore l’admirer au cours des siècles à venir!

 

 

*****

 

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

 

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

 

sont postées sur les plateformes musicales

 

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

 

 

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog 

Canta la Vida

 

Vous pouvez également les écouter classées par album sur mon blog

 

OLD NUT WIX

 

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

 

 

Texte & Photos Ulysse

(Les photos sont de moins bonne qualité qu'à l'accoutumée car elles ont été prises par un petit appareil de dépannage)

 


14/09/2018
24 Poster un commentaire

Périple "volcanique" autour de Brénas

 

IMG_3579.jpg

 

Pour la rando de ce jour, nous partons de Brénas,  village du Clermontais, région qui entoure la ville de Clermont l’Hérault et qui comporte une extrême variété de roches aux couleurs étonnantes, probablement unique en Europe.

 

 

IMG_3593.jpg

 

Si ce village est aujourd’hui paisible, le lieu où il est implanté a connu un passé tumultueux. Ainsi, il y a environ deux millions d’années, la région a été « secouée » par un épisode volcanique dans le prolongement de celui qu’a connu l’Auvergne. En témoignent les couches de lave basaltique que l’on aperçoit ici dans une coupe du sol et qui ont recouvert de plus anciennes couches sédimentaires.

 

 

IMG_3607.jpg

 

Il en est de même de ces deux « necks » - magmas basaltiques figés dans des cônes de volcans aujourd’hui érodés – que l’on aperçoit dans le paysage. Aujourd’hui ces volcans sont éteints, mais nul ne peut prétendre qu’ils ne se réactiveront pas un jour, poussés par la colère de Gaïa, désireuse de se débarrasser des homos sapiens qui lui manifestent si peu d’égards.

 

 

IMG_3602.jpg

 

Profitons de cette phase provisoire de répit pour admirer les résidents du lieu qui vaquent sans souci à leurs occupations, comme ce « Tabac d’Espagne » nom donné à ce papillon car  la couleur de ses ailes rappelle celle du tabac en poudre fabriqué à Séville au XVIII° siècle. Notons que si ce papillon butine toute fleur qui se trouve à sa portée, comme cet élégant Oursin bleu, sa chenille ne se nourrit que de violettes !

 

 

 

IMG_3611.jpg

 

Il est possible que les habitants des siècles passés ait implanté ce crucifix pour éviter le retour des cataclysmes que l’on attribuait aux colères divines.  Il est symbolique qu’une vigne l’ait choisi comme tuteur sachant que Jésus a prétendu n’être qu’un cep de la vigne du Seigneur !

 

 

 

IMG_3620.jpg

 

Mais revenons au paysage où l’on aperçoit au loin le neck de la Roque dans l’échancrure des monticules de « ruffes » qui nous entourent. Ces ruffes sont des marnes sédimentaires chargées en oxyde de fer (d’où leur couleur rouge)  laissées par les lagunes qui occupaient les lieux, il y a environ deux cents millions d’années et où rodaient des pré-mammaliens, ancêtres des dinosaures dont on peut voir les traces fossiles sur la dalle de la Lieude dans les environs.

 

 

IMG_3628.jpg

 

Ces ruffes ne sont guère fertiles et ne servaient dans le passé qu’à  nourrir les ovins de leur maigre herbage. Il ne subsiste de cette époque que quelques abris de bergers en ruine dont les pierres qui composent les murs racontent, à qui sait la lire,  l’histoire géologique de la région.

 

 

IMG_3634.jpg

 

Nous poursuivons notre périple dans un paysage qui fait penser à l’Ouest américain et où nous ne serions pas surpris de voir débouler quelques cow-boys !

 

 

IMG_3638.jpg

 

Les buttes de ruffes se succèdent dont les flancs stériles dépourvus de tout humus ne sont propices à aucune vie, petit bout de Mars tombé sur la terre !

 

 

IMG_3653.jpg

 

Pour parfaire votre connaissance des phénomènes volcaniques, notez que l’on aperçoit sur le flanc de la Roque un dyke, coulée de lave qui s’est figée en jaillissant sur le côté du volcan.

 

 

IMG_3661.jpg

 

Nous sommes témoins d’une hécatombe de pyrales du buis ce qui nous réjouit car cette bestiole venue d’Asie, devenue invasive depuis 2005, dévaste les buissaies depuis lors. L’un de ses rares prédateurs est malheureusement le frelon asiatique, autre fléau venu d’Asie. 

 

 

IMG_3671.jpg

 

Finalement nous apercevons des chevaux, fort heureusement sans cow-boys, dont certains semblent contempler avec désespoir le lit du torrent à sec. Il faut dire qu’il n’est pas tombé une goute d’eau depuis des semaines et plantes et animaux sont mis à rude épreuve.  Mais vu l’évolution du climat peut être qu’un jour nous aussi contemplerons avec stupeur nos robinets à sec ! Heureusement, il me restera ma cave que je remplis en prévision de ce moment funeste .

 

 

IMG_3683.jpg

 

Les arbres sont parmi les êtres les plus déterminés que je connaisse car j’en vois pousser en des lieux improbables, comme ces deux arbrisseaux accrochés en haut de cette butte de ruffes. Je ne suis guère confiant hélas quant à leur espérance de vie.

 

 

IMG_3685.jpg

 

Nous remontons doucement vers notre point de départ sous un soleil avec lequel on pourrait faire griller des saucisses ! Mais résilients nous sommes et nous poursuivons sans mollir notre ascension….

 

 

IMG_3696.jpg

 

Nos efforts sont récompensés par une vue somptueuse sur le vallon que nous avons arpenté.

 

 

IMG_3693.jpg

 

Et, cerise sur le gâteau ou plutôt, figue sur le gâteau, un figuier au bord du chemin nous offre ses fruits mûrs à point.

 

 

IMG_3704.jpg

 

Et c’est en musique que s’achève ce périple, bercés par le chant d’une cigale peu farouche. Mais peut être - car ce sont les mâles qui chantent- essaie-t-il d’attirer nos compagnes ! Mais celles-ci connaissent la musique et ne se laissent pas séduire!

 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons

Trois nouvelles dont "Tu es l'obscur objet de mon désir"

sont postées sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Certaines sont aussi publiées illustrées par des photos sur mon blog Canta la Vida

la dernière étant "I want to be a rockstar"

Vous pouvez aussi les écouter classées par album sur mon blog

OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf les 2 derniers albums - classées par album)

(cliquez sur les noms)

 

Texte & Photos Ulysse

 

 


06/09/2018
39 Poster un commentaire

Bonjour !

IMG_3272.jpg

 

Bonjour, mon pseudo est Ulysse, je tenais jusqu'à présent un blog "Eldorad'Oc sur la plateforme du Midi Libre qui va fermer fin septembre. Aussi j'emménage sur Blog4ever en espérant que mes fidèles lectrices et lecteurs me suivront et que de nouveaux me découvriront. Cela fait quinze ans que j'arpente les sentiers et les montagnes de l'Occitanie et vous en montre les beautés. Cet article est une simple introduction pour "voir" et tester cette nouvelle plateforme.

 

Je suis aussi chanteur-compositeur-interprète et j'ai un autre blog musical "Canta-la-Vida" que je transfèrerai ici si l'essai est concluant. Pour vous donner une idée de mes chansons je vous en poste une " La tête dans les étoiles" qui est en quelque sorte ma profession de foi !

 

 

 

Je vous dis à bientôt !

 

Ulysse


03/09/2018
17 Poster un commentaire